J’autorise Sexe en France et Google à connaître mes statistiques de visite.

Par Union.fr

Combien de partenaires sexuels dans une vie ?

Par | 15 mars 2022

La vie sexuelle de chaque personne se parsème généralement de plusieurs partenaires sexuels. Combien les Français en ont-ils en moyenne ?

Le nombre de partenaire sexuel Français

Selon l’Ifop, un Français aurait 11 partenaires sexuels au cours de sa vie. Cette moyenne double quasiment pour la rĂ©gion parisienne atteignant les 19 partenaires !

Une différence homme/femme conséquente

En moyenne, un homme aurait 14.1 personnes dans son lit au cours de sa vie. Pour les femmes, cette donnée chute de moitié : 7.3 partenaires en moyenne.

Selon une Ă©tude de The Poken Compagny, il n’y aurait que 20% des femmes dĂ©passant les 10 partenaires au cours de leur vie en France.

Une donnĂ©e Ă©tonnamment basse si l’on compare avec les hommes mais encore plus inquiĂ©tante quand on observe nos voisins europĂ©ens. Les Françaises seraient les plus prolifiques !

Voici les pourcentages de femmes ayant plus de 10 partenaires en Europe :
– 19% au Royaume-Uni
– 16% en Allemagne
– 15% pour la moyenne EuropĂ©enne
– 13% en Espagne
– 9% en Italie

De l’autre cĂ´tĂ© du spectre, 17% des femmes en France n’ont eu qu’un seul partenaire au cours de leur vie. Ce pourcentage grimpe Ă  28% au Royaume-Uni !

Nuancer les moyennes

Le site Madmoizelle, met en avant que certaines personnes, notamment en ville, ont largement plus que 19 partenaires sexuels au cours de leur vie. Ces personnes ne sont pas comptabilisées car elles ne comptent pas leur nombre de « conquêtes » !

Différence ville/campagne

Une des raisons principales et Ă©videntes serait le nombre d’habitants. Plus de monde, plus de partenaires potentiels.

Ce grand nombre de personnes au mĂŞme endroit permettrait Ă©galement l’anonymisation des rencontres.
Dans une petite ville, oĂą « tout le monde connait tout le monde » avoir un partenaire sexuel revient Ă  faire une croix sur une partie consĂ©quente d’autres personnes (Ă  moins de coucher avec des ami.e.s du prĂ©cĂ©dent partenaire).

En ville, le grand nombre d’habitant rend moins probable que votre partenaire prĂ©cĂ©dent connaisse le suivant. A tel point, que 9% des parisiens entretiennent deux relations en simultanĂ©.

Les conséquences

66% des hommes et 50% des femmes ont des rapports sans lendemain à Paris. La conséquence de cette consommation sexuelle abondante est une augmentation du célibat dans la capitale.

35% des parisiens sont célibataires contre 30% en France.
50% des parisiennes sont célibataires contre 36% en France.

La capitale : cluster de minorités

A Paris, 12% des habitants appartiendraient à la communauté LGBT contre seulement 7% sur le reste du territoire.

En outre, 27% des Parisiens affirme avoir dĂ©jĂ  eu un rapport avec un autre homme. Pour les Parisiennes, 14% d’entre-elles auraient dĂ©jĂ  couchĂ©es avec une autre femme.

Ces moyennes de rapport entre personnes du mĂŞme sexe tombent Ă  17% pour les hommes et Ă  9% pour les femmes dans le reste de la France.

Les Français, en particulier dans les grandes villes, ont des partenaires sexuels variés. Mais avoir de nombreux partenaires impliquent-ils nécessairement une satisfaction sexuelle ?

La satisfaction sexuelle

Selon l’Ifop, 35% des Françaises seraient insatisfaites sexuellement. 42% des femmes ayant plus de 10 partenaires au cours de leur vie seraient Ă©galement insatisfaites sexuellement.

A l’inverse, seulement 27% des françaises n’ayant eu qu’un seul partenaire seraient insatisfaites (35% pour celles ayant eu entre 6 et 10 partenaires).

28% des couples français ne seraient également pas satisfaits de leur situation sexuelle.

La France est largement leader europĂ©en de l’insatisfaction sexuelle. En moyenne 23% des couples ne sont pas satisfaits en Europe soit 5 points de moins que les Français. Pire, les Allemands n’affichent que 16% d’insatisfaction.

Les nombreuses conquĂŞtes, un facteur d’insatisfaction ?

Les deux données semblent liées.

Les courbes d’insatisfactions sexuelles des pays europĂ©ens sont inversement proportionnelles Ă  leur nombre de partenaires sexuels.

La France et le Royaume-Uni qui avaient les pourcentages le plus Ă©levĂ©s de partenaires sexuels sont les leaders de l’insatisfaction. Au contraire, l’Espagne et L’Italie qui avaient moins de changement de partenaires ont plus de satisfaction sexuelle au sein de leur population.

Alors change-t-on de partenaire Ă  cause de l’insatisfaction sexuelle ou le fait de changer de partenaire crĂ©Ă©-t-il l’insatisfaction ? Difficile Ă  dire !

En revanche, ces statistiques nous permettent d’affirmer qu’il ne suffit pas d’avoir beaucoup de partenaire pour avoir une vie sexuelle Ă©panouie !

Les femmes n’ayant eu qu’un seul partenaire sexuel au cours de leur vie Ă©tait en moyenne moins insatisfaites que celles qui en ont eu plus de 10.

Une baisse de sexualité chez les jeunes ?

La prĂ©cision des pourcentages est fortement dĂ©battue aux Etats-Unis sur le sujet. Toutefois, les scientifiques semblent s’accorder sur un point : le nombre de rapports sexuels Ă  baisser chez les jeunes.

Selon Youth Risk Behavior Survey, en 2015, 41.2% des jeunes AmĂ©ricains quittaient le lycĂ©e en ayant connu un premier rapport sexuel alors qu’ils Ă©taient 54.1% en 1991.

Une baisse de 13 points en seulement 14 ans !

Les raisons potentielles du déclin

L’une des explications possible serait liĂ©e Ă  l’Ă©mergence du porno sur internet. Le psychologue Philip Zimbardo parle de « Procrasturbation«  : un mĂ©lange de procrastination et de masturbation.

Selon lui, les jeunes gĂ©nĂ©rations favoriseraient la masturbation ce qui aurait pour consĂ©quence de repousser le passage Ă  l’acte sexuel avec un autre humain…

«ça ne remplace pas, mais ça nous suffit» explique un des jeunes sondés à propos du porno.

Le stress, le manque de sommeil, la fatigue corporelle liĂ©e Ă  l’excès de travail rĂ©duiraient Ă©galement l’attrait du sexe pour les jeunes gĂ©nĂ©rations…

Des raisons positives au déclin ?

Selon le Post Everything, cette baisse de rapport sexuel chez les jeunes gĂ©nĂ©rations s’expliquent Ă©galement par l’affirmation des individus.

Les personnes asexuelles ne se forcent plus Ă  coucher avec des partenaires pour « être dans la norme » mais osent s’affirmer et ne plus subir le jugement des autres.

MĂŞme constat pour les femmes qui oseraient plus simplement dire « non, pas ce soir » qu’avant.

En outre, cette baisse de rapport sexuel ne s’accompagnerait pas de frustration. Le « manque » de rapport ne serait donc que thĂ©orique et non pratique.

Que ce soit le nombre de rapports ou le nombre de partenaires, il n’y a pas de nombre idĂ©al. A vous de trouver la frĂ©quence et la quantitĂ© de partenaire qui vous convient.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *