J’autorise Sexe en France et Google à connaître mes statistiques de visite.

Par Union.fr

Les Français et les sextoys en 2020

Par | 14 février 2021

Si 2020 a été l’année des confinements et couvre feux successifs, la crise du Covid-19 en a aussi fait l’année du sextoy ! Leurs ventes auraient d’ailleurs été multipliées par six lors du second confinement. 

Cette dĂ©mocratisation concerne aussi bien les hommes que les femmes et marque un tournant dans la vie sexuelle des Français. Nous dĂ©cryptons aujourd’hui l’enquĂŞte publiĂ©e par la chaine de magasin Ă©rotique Passage du DĂ©sir, menĂ©e par l’IFOP quant Ă  l’engouement des Français pour les sextoys Ă  l’heure du Covid-19. 

2020 enterre les tabous 

La vente de sextoys en France a connu un réel boom en 2020, notamment à cause du huit clos imposé par les confinements successifs et les restrictions sanitaires. 

Cependant, la crise du Covid-19 n’est en rĂ©alitĂ© pas la seule explication de cette gĂ©nĂ©ralisation de  la vente et de l’usage du sextoy. Si la proportion de la population en ayant dĂ©jĂ  utilisĂ© Ă  dĂ©passĂ© le seuil symbolique de 50%, cette hausse s’inscrit dans une mouvance plus ancienne de levĂ©e des tabous et de banalisation de leur usage. Le premier confinement n’aurait fait que dĂ©clencher l’acte d’achat. 

L’utilisation de sextoy avait en effet considĂ©rablement augmentĂ© en 2012 et en 2017, oĂą dĂ©jĂ  près d’une Française sur deux admettait avoir utilisĂ© un sextoy au cours de sa vie. 

2020 se caractérise ainsi d’avantage par une fréquence d’utilisation plus élevée par rapport aux autres années. Les sextoys semblent ainsi se normaliser et entrer progressivement dans les mœurs et dans la sexualité des Français. 

L’année 2020 et la crise du coronavirus n’ont fait qu’enterrer définitivement les tabous et achever le processus de démocratisation de l’usage du sextoy, notamment dans le cadre du couple.

Qui utilise les sextoys ? On dĂ©mĂŞle  Le vrai du faux  

« Les sextoys, c’est pour les célibataires et les personnes sexuellement insatisfaites »

FAUX : Contrairement aux idĂ©es reçues selon lesquelles les sextoys seraient surtout le fait des personnes exclues de la vie de couple, il s’inscrit en rĂ©alitĂ© bien plus dans un cadre conjugal (46%) que solitaire (31%). 

Également, leur utilisation concerne d’avantage les personnes très Ă©panouies sexuellement, l’étude de l’IFOP met ainsi Ă  mal l’idĂ©e du sextoy comme symbole d’une sexualitĂ© dĂ©faillante. 

« Les sextoys, c’est surtout pour les jeunes » 

VRAI : Il semble en effet que l’expĂ©rience des sextoys et leur intĂ©gration dans la sexualitĂ© s’observe principalement chez les moins de 25 ans qui les utilisent 2 fois plus que les sĂ©niors. La jeunesse aurait Ă©galement un rapport beaucoup plus dĂ©complexĂ©e Ă  l’égard des jouets Ă©rotiques, et, dans une plus large mesure, de la sexualitĂ©. 

« Les citadins aisĂ©es sont plus enclins Ă  acheter et utiliser des sextoys » 

FAUX : En réalité, l’usage de sextoys en France est bien loin des clichés véhiculés notamment par la série Sex and the City mettant en scène des femmes décomplexées appartenant l’élite New Yorkaise. L’expérience des sextoys est plus répandue dans les campagnes que dans l’agglomération parisienne, cet écart est d’autant plus significatif en cas d’intégration dans l’intimité conjugale (32% des femmes rurales contre 20% à Paris). 

Une rĂ©volution du plaisir 

 Il semble difficile de ne pas lier la dĂ©mocratisation du sextoy, en couple ou en solo, Ă  la levĂ©e progressive des tabous autour de la sexualitĂ© que l’on connait depuis quelques annĂ©es. La vague de fĂ©minisme ayant suivi #meetoo se caractĂ©risant, entre autres, par la rĂ©volution du plaisir fĂ©minin et la dĂ©-tabouisation de la sexualitĂ© et de l’anatomie fĂ©minine. Cela peut se confirmer, par exemple, avec le succès fulgurant des sextoys Ă  stimulation clitoridienne. 

Nous l’avons mentionné, le sextoy serait d’avantage utilisé dans le cadre conjugal, ce dernier est alors perçu comme un accélérateur de plaisir. Il permet également de respecter l’idée d’orgasme partagé.

Image : « Visio, boulot, vibro…sextoys et bien-ĂŞtre sexuel Ă  l’heure du Covid-19 » – Sondage IFOP

L’usage de sextoys permet aux couples de découvrir d’autres formes de sexualités, de raviver le désir et la libido et de pimenter leur intimité. Le confinement a pu également imposer la distance physique dans le couple, d’où l’utilisation de sextoys connectés par exemple. Aussi, les clients des sex-shops semblent vouloir redécouvrir le plaisir sexuel, dédramatiser de plus en plus la sexualité et acheter des jouets érotiques sans gêne ni culpabilité. Patrick Pruvot, fondateur de la chaîne de magasin érotique Passage du Désir explique lors d’une interview de France 3

« Notre clientèle Ă©tait majoritairement âgĂ©e de 18 Ă  35 ans. Quand on a rouvert après le premier confinement, une clientèle cinquantenaire Ă  commencĂ© Ă  venir, il y a eu un dĂ©clic. Â» 

Si certaines personnes auraient dĂ©laissĂ© leur vie sexuelle pendant les pĂ©riodes du confinement, d’autres en ont profitĂ© pour se dĂ©couvrir, se faire plaisir. Par ce qu’il libère des endorphines, l’orgasme est un excellent remède aux angoisses et aux mauvais sentiments. On comprend bien pourquoi, Ă  l’annonce du reconfinement de Novembre, les Français ont jetĂ© leur dĂ©volu sur les jouets coquins ! 

Les sextoys contribueraient ainsi Ă  une sexualitĂ© Ă©panouie et les Français tendent de plus en plus Ă  en parler librement et sans complexes. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lingerie Sextoys Accessoires

Notre boutique sexy

Articles Tendance

Recevez nos infos intéressantes et croustillantes en vous inscrivant à notre newsletter !